30 Mai 2015

Elisa

Depuis 2011, 4 satellites français volent en formation à 700 km d'altitude et enregistrent les émissions électromagnétiques émises par les radars au sol. Objectif : montrer qu'il est possible de localiser ces radars avec précision. La France est le seul pays européen à expérimenter cette technologie.

Initié par le Ministère de la défense, Elisa (ELectronic Intelligence SAtellite) est un démonstrateur. Son objectif est de montrer qu'il est possible de localiser et d'obtenir des renseignements techniques sur les équipements radars présents dans les différents pays, depuis l'espace. L'espace a en effet un grand avantage : il n'appartient à aucun pays. Les satellites peuvent survoler toutes les régions du monde sans contraintes d'accès, ce qui n'est pas le cas pour un avion ou un bateau.

Lancés en décembre 2011, les 4 microsatellites Elisa ont été placés sur une orbite basse à quelques kilomètres les uns des autres. Ils sont basés sur la plateforme de la filière Myriade développée par le CNES et utilisée dans le cadre ses missions scientifiques. Maître d'ouvrage de l'ensemble du projet avec la Direction Générale de l’Armement (DGA), le CNES assure également le contrôle au sol des 4 satellites.

Les enseignements tirés d'Elisa ont permis de préparer le futur programme Ceres constitué de 3 satellites dont la mise en orbite est prévue en 2020. La France entrera alors dans le club très fermé des pays possédant un système de renseignement électromagnétique d'origine spatiale.